Parole d'étudiant
-A +A

Destination Trinity College avec Alice

Alice, étudiante en Études anglophones, spécialité Anglais de spécialité a passé sa 1ère année de master en échange Erasmus à Trinity College à l'université de Dublin. C’était une expérience merveilleusement enrichissante et je recommande à la fois cette ville et cette université aux étudiants en études anglophones.

Logement

Le seul gros point négatif de la vie étudiante à Dublin, c’est le logement. La ville connaît actuellment une crise du logement aiguë, ce qui rend très difficile de trouver un logement convenable qui ne soit ni excentré ni hors de prix. Personnellement, je recommande pour cette raison de s’inscrire en résidence universitaire durant l’été (celle de Trinity, mais aussi celles d’autres campus généralement ouvertes à tous). Les prix seront un peu élevés mais par rapport au rapport qualité/prix dans les colocations (souvent surchargées dans des petites maisons en mauvais état) cela vaut vraiment le coup et ça diminue le stress lié à cette problématique d’office. Si l’on veut vraiment trouver un appartement, il faudra envisager de se rendre sur place (si possible) en août pour faire du repérage, voire trouver à la dernière minute en septembre (tout va très vite), et être très actif sur les sites (daft.ie) ou groupes facebook à cet effet (Rent in Dublin, Ideal Flatmate). Je crains cependant qu’il faille vraiment oublier d’office l’idée de vivre tout seul, la majorité des annonces sont des collocations.
 

Préparation et arrivée

Outre le logement, s’installer à Dublin n’est pas difficile : 2 petites heures d’avion dans l’espace Schengen, zone Euro, décalage horaire d’1h seulement, pas de visa etc. Faire cependant attention au poids des valises, et à réguler en fonction du nombre de fois que vous rentrerez en France dans l’année, pour ne pas vous retrouver avec 3 valises sur les bras en juin.
 

Transports

Les transports à Dublin sont assez simples une fois qu’on a compris, mais chers (le ticket de bus va jusqu’à 2,70€). En arrivant sur place, il faudra vous procurer une leapcard (qui marche pour le bus, le luas (tram) et le train) dans un spar ou autre petit supermarché à recharger périodiquement. Dès que l’on est inscrit, il faut aller faire une student leapcard (très facile, il y aura un spot dans l’université) pour bénéficier de tarifs plus bas. Les bus s’arrêtent tôt (minuit grand maximum), ce qui peut être très agaçant pour les fêtards, d’où l’avantage d’habiter à une distance limitée du centre-ville. Cependant, l’application mytaxi fonctionne bien et n’est pas hors de prix, et les taxis dublinois sont charmants. Je déconseille le vélo, il n’y a pas de vraies pistes cyclables, on n’est pas habitué à la conduite à gauche et les grandes artères sont dangereuses. Le risque de vol est aussi encore assez élevé.
 

Vie quotidienne

Dans l’ensemble, la vie à Dublin est assez simple. Le centre-ville est petit et, pour autant qu’on n’en vive pas trop loin on peut beaucoup circuler à pied. Il ne fait pas aussi pluvieux que la légende prétend et il est très appréciable d’aller s’aérer le week-end dans un des nombreux parcs. De même, on n’est pas loin de la mer en train (30-40min de Howth ou Bray). Les bords de mer sont très beaux, il y a de belles balades, ça fait beaucoup de bien. Je n’ai pas eu le temps ni l’occasion d’aller plus loin mais il y a beaucoup de beau tourisme à faire dans les parages (il faut mieux avoir le permis mais c’est faisable en bus/train). Dublin est très agréable pour cela : c’est une petite ville très verte, avec un air pur. La vie culturelle à Dublin est relativement développée (quelques musées sympathiques, de plus en plus de festivals de théâtre, des cinémas) bien que moins riche qu’à Paris par exemple pour l’instant. Quelques spots historiques valent le coup, on trouve de quoi faire si l’on est intéressé. Il y a aussi beaucoup de très bonnes librairies et des marques qu’on ne trouve pas en France dans le centre.

Mais surtout, bien sûr, l’ambiance des pubs le soir est extrêmement sympathique : on s’y retrouve dès 17h tous les soirs et à tous les âges. Il y a beaucoup de soirées à thème très conviviales (musique folklorique, soirée « ramenez votre ukulele », etc). Les Irlandais sont en outre les êtres les plus gentils de la planète et adorent les français (par solidarité anti-britannique) donc vous serez très bien accueillis. Par ailleurs, pour les filles, je suis souvent rentrée seule à pied du centre-ville (30 minutes environ) le soir et en un an je ne me suis jamais faite embêtée contrairement à Paris où c’est monnaie courante. Dublin est une ville très safe et apaisée, et c’est ça qui est extrêmement agréable (il reste cependant quelques quartiers moins rassurants, surtout au nord). On sera peut-être un peu snobs sur la nourriture, mais il y a quand même beaucoup de petits restaurants et cafés très sympathiques dans le centre.
 

Vie étudiante

Le système irlandais est très différent du système français. Il s’appuie beaucoup sur la participation orale et la contribution personnelle de chacun. On n’a des cours magistraux qu’en niveau Freshman (licence), qui sont souvent moins intéressants. Même si les cours magistraux théoriques m’ont parfois manqué, je recommande cependant de partir en M1 pour bénéficier des cours Sophister plus intéressants et actifs. L’approche méthodologique (pour les cours de littérature) porte généralement sur des thèmes moins théoriques qu’en France mais cela dépend des professeurs. Le gros avantage de Trinity, c’est le contenu très original des cours : littérature pour enfant, pop culture, littérature irlandaise… On peut prendre des chemins classiques mais le cursus permet également de suivre des cours très surprenants que l’on n’aurait pas eu en France. On a peu de cours à suivre mais on a souvent un livre/semaine/cours à lire donc il y a une certaine dose de travail à fournir.

Le campus lui-même est un cadre idéal de travail et de vie : grand, vert, un patchwork de très beaux vieux bâtiments et de neuf, et une super bibliothèque. On notera aussi la variété des clubs, qui sont pour certains peu organisés et pour d’autres très sympas : il faut s’inscrire à 5 ou 6 au début de l’année lors de la semaine de présentation (1/2€ par club) et voir ce qui vaut vraiment le coup par la suite. Personnellement, j’ai appris des rudiments de langue des signes irlandaise, suivi des ateliers sur le cinéma, assisté à des conférences d’Amnesty International… Il y en a pour tous les goûts et les responsables (toujours des élèves) sont toujours très dynamiques et disponibles. La vie à Trinity est, à tous égards, extrêmement agréable, surtout si l’on rajoute le fait que le campus est en plein centre-ville (donc proche de cafés, cinémas, librairies, etc.) en plein cœur d’un quartier très vivant. On a tous les avantages d’un campus et ceux d’une université urbaine.